Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE QUOTIDIEN D'ERIC CHARLET

Mon quotidien de coureur à pied

Steenwerck 2016

Publié le 1 Mai 2016 par Eric Charlet in Entrainements

Encore quelques jours avant le départ de mon 7ème 100km. Le dernier date de 2009 et c'était cette année là que j'ai établi mon record.

Me voila donc 7 ans plus tard et l'objectif est d'essayer de le battre. 9h15 me satisferait très largement.

Depuis mon début de préparation, j'ai dans la tête une stratégie de course qui est différente de celle que j'ai déjà appliquée par le passé.

En gros, je partais doucement pour gérer au mieux et j'essayé de reprendre du terrain sur la fin. Ça a toujours bien marché. J'ai même réussi à faire du negativ split sur plusieurs de mes participations.

Cette année, je partirai à 11km/h de moyenne. Habituellement, je m'arrête au ravito. Cette année, les arrêts seront beaucoup moins fréquents. Je pense arriver à tenir cette allure pendant 70km. Il restera ensuite 30 bornes à tenir. Bon, la dernière portion n'est d'habitude déjà pas facile, cette année, ça sera encore un peu plus costaud à mon avis.

Je prends cette décision en voyant ce que les autres font. Je suis un des seuls à courir de cette manière en partant très lentement et en accélérant la deuxième partie. Le problème est que je prends quand même pas mal de retard et je ne peux pas aller beaucoup plus vite sur la deuxième portion. Il faut donc partir doucement.....mais pas trop.

La plus grande crainte est justement le sur-régime. Sur un 10 bornes, quand t'es cuit, il reste 2 ou 3 bornes. Sur un 100, il en reste 30 généralement. La galère semble quand même un peu plus longue. Mais, normalement, au vue de mon 5 heures réalisé il y a plus d'un mois où j'aurai pu tenir 65km sans trop m'épuiser et le mois qui vient de se passer avec mon niveau de forme qui s'est amélioré depuis, je pense, en restant positif, qu'il est possible que je me rapproche des 9h. Je doute que je puisse passer en-dessous mais 9h15, ouai, ça doit être dans mes cordes, je dirais même plus, dans mes jambes.

Maintenant, je sais que l'ultra n'est pas une science exactement et que tout peut arriver pendant ces 9 ou 10h de contre-la-montre. En bien ou en mal, on n'est pas à l'abris d'une défaillance, d'une blessure, d'une météo pourrie. Il y a tellement de choses qui peuvent influencer le chrono final.

Mais je sais que je suis prêt et que c'est le moment pour faire un truc pas mal.

Alors, com' d'hab, y'a pu qu'à !!!

Commenter cet article

Manu 01/05/2016 20:39

Bonne course Eric et on lâche rien..........lol